«Toutes les reproductions et textes sont tirés du Net»
Aller au contenu

Menu principal :

Artistes



Anglais
Vivian Maier est née le 1 février

Vivian Maier (auto portrait)


Vivian Maier
Auto portrait

Vivian Maier (en couleur)


Vivian Maier (en couleur)

Meilleures Amies

Les meilleures amies

Gros chagrin

Gros chagrin d'enfant

Auto portrait

Auto portrait

Auto portrai

Auto portrait

Vivian Maier

Vivian Maier
Caméra au cou

Scène de rue



L’énigme Vivian Maier

    C'est l’histoire extraordinaire d’une artiste géniale méconnue et de son œuvre.   Vivian  a exercé durant 40 ans le métier de gouvernante d'enfants, à New York puis à Chicago.   Mais, photographe autodidacte, elle a aussi réalisé dans ses temps de loisir, durant les années  1950 à 1980, des dizaines de milliers de clichés. Ces milliers d’images, furent  prises dans la rue et témoignent d'une grande virtuosité. Vivian meurt en 1983. Son œuvre, inconnu, conservée pendant des années dans un entrepôt  obscur, ne fut retrouvée qu’en 2009.

Le secret d'une nounou
    Vivian Maier est née à New York le 1er février 1926. Son père, Charles Maier, est américain, issu d'une famille d'émigrants autrichiens et sa mère Maria Jaussaud est française. Maria fait la connaissance de Charles à New York et l'épouse le 11 mai 1919. De cette union naissent deux enfants, d'abord un garçon, Charles William, en 1920, puis une fille, Vivian, en 1926. Les parents se séparent en 1929. Le garçon est confié à ses grands-parents paternels, et Vivian reste auprès de sa mère, qui trouve alors refuge auprès d'une amie qui réside dans le Bronx. L’amie, Jeanne Bertrand,  est une photographe professionnelle reconnue. Jeanne fait découvrir à Maria et à sa fille sa passion pour la photographie.  Les deux femmes et Vivian reviennent en France. Une partie de l'enfance de Vivian, de six à douze ans,  se passe en France. Le 1er août 1938  Maria Maier et sa fille rentrent à New York, où elles s'installent à nouveau.

    Le 16 avril 1951 Vivian, âgée de 25 ans, entre au service d'une famille de Southampton comme nounou. Elle restera dans cette famille pendant la majeure partie de son séjour à New-York. En 1956, elle part s’établir à Chicago où elle poursuivra son activité de gouvernante pour enfants.

    À son arrivée à Chicago, Vivian est engagée par Nancy et Avron Gensburg pour prendre soin de leurs trois garçons : John, Lane et Matthew. Et c'est ce métier qu'elle exercera presque jusqu'à la fin de sa vie.
    
    Dès qu'elle le peut, munie d’un Rolleiflex de professionnel, une  excellente caméra,Vivian sort photographier, dans la rue, la vie quotidienne des habitants, Tout en restant au service de la famille Gensburg, qui a pourvu temporairement à son remplacement, Vivian entreprend, en 1959-1960, un voyage autour du monde.  Quand John, Lane et Matthew devenus grands n'ont plus besoin d'une nounou, Vivian Maier quitte les Gensburg et poursuit son activité de famille en famille. À partir de ce moment ses négatifs ne seront plus ni développés, ni tirés.
La mère de Vivian décède en 1975. Elle vit seule désormais. Elle a 49 ans.
    À la fin des années ’90, Vivian connaît de sérieuses difficultés financières. Les frères Gensburg la retrouvent vivant dans un petit appartement à Cicero.  Ils l'installent dans un appartement agréable à Rogers Park et continuent de veiller sur elle. En décembre 2008, elle glisse sur une plaque de verglas, se blesse à la tête et est emmenée d'urgence à l'hôpital. Les frères Gensburg veillent à ce qu'elle soit bien soignée et la font entrer dans une maison de retraite médicalisée. Malgré les soins reçus et l'attention affectueuse qui lui est portée par les trois frères, Vivian Maier décède le 20 avril 2009.
   La plus grande partie des affaires de Vivian se trouvaient dans un entrepôt. Deux ans avant sa mort, les frais de stockage de ses cartons étant impayés, les appareils de photos, les négatifs, les bobines de films furent mis en vente aux enchères.

La découverte fortuite d'un jeune homme curieux

    En 2007, un jeune agent immobilier, John Maloof, recherche de la documentation sur le vieux Chicago. Il achète, dans une vente aux enchères, un fonds photographique non identifié. Maloof ne connaît rien à la photo mais réalisant assez vite qu'il a mis la main sur un lot d'images exceptionnelles, Maloof prend contact avec la maison de ventes aux enchères pour retrouver les acheteurs des autres lots qu’il rachète. Il acquiert au total plus de 100 000  négatifs.

     Il part en quête de l'auteur. Son enquête lui apprendra que les cartons appartenaient à une dame âgée et malade dont on ne connaît pas le nom.

    Dans le lot acheté par Maloof il n'y a pas d'images de Portage Park. Déçu, il remise son achat dans un placard pendant plus de six mois avant de se rendre compte que ces images, principalement en noir et blanc, sont belles, émouvantes et superbement composées et que c'est un trésor qui mérite d’être inventorié.

     En avril 2009, Maloof découvre dans un carton une enveloppe d’un laboratoire de photo portant le nom de Vivian Maier écrit au crayon. Il Google le nom et c’est alors qu’il apprend, par un avis de décès paru quelques jours plus tôt dans le Chicago Tribune, que Vivian est décédée.  Les frères Gensburg, que Vivian Maier a élevés de 1956 à 1972 et qui se sont occupés d'elle dans les dernières années de sa vie, ont fait publier la notice nécrologique.

     Vivian Maier a réalisé au cours de sa vie près de 120 000 photos de rue, sans les avoir vues elle-même pour une bonne partie puisqu'elle n'a pas toujours eu la possibilité ni les moyens financiers de développer ou de faire développer ses négatifs. Elle n'a montré ses tirages à personne, n'a pas parlé de son travail et a fortiori elle n'a jamais tenté de tirer profit de ses clichés.

La reconnaissance d'une grande photographe

    Depuis sa découverte extraordinaire en 2007, John Maloof se consacre à protéger l'œuvre de Vivian Maier. Il a classé ses documents et ses enregistrements audio, numérisé les quelques 150 films qu'elle a tournés, scanné et développé les négatifs de ses photos. Il a recherché et interviewé plus de soixante personnes qui avaient connu Vivian Maier parvenant ainsi à reconstituer sa vie aux États-Unis et à cerner sa personnalité. Il a créé un site internet et une page Facebook dédiés à cette grande photographe.

Texte paru chez Wikipédia


Photos de Viviane Maier

https://www.google.ca/search?q=viviane+meyer+photographe&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=
9WHZUsvIHueBygGwpoCQCA&sqi=2&ved=0CDYQsAQ&biw=840&bih=479



Haut de page


Retour


Dernière mise à jour:
Le 25 octobre 2017
Conceptrice: Hélène Leclerc
Retourner au contenu | Retourner au menu