«Toutes les reproductions et textes sont tirés du Net»
Aller au contenu

Menu principal :

2017 > Juin
 


Diego Rodríguez de Silva y Velázquez est né un 6 juin

 

 
Les Ménines - 1646 - huile sur toile

 
Velázquez (1599 -1660)  est un peintre baroque considéré comme l'un des principaux représentants de la peinture espagnole et l'un des maîtres de la peinture universelle.

 
Il passe ses premières années à Séville, où il développe un style naturaliste à base de clairs-obscurs. À 24 ans, il s'installe à Madrid, où il est nommé peintre du roi Philippe IV et, quatre ans après, il devient peintre de chambre, charge la plus importante parmi celles dévolues aux peintres de la cour.

 
Comme artiste, de par son rang de peintre de cour, il réalise essentiellement des portraits du roi, de sa famille et des grands d’Espagne ainsi que des toiles destinées à décorer les appartements royaux.

 
Comme surintendant des travaux royaux, il acquiert en Italie de nombreuses œuvres pour les collections royales, des sculptures antiques et des tableaux de maîtres, et organise les déplacements du roi d'Espagne.


 
Sa présence à la cour lui permet d'étudier les collections de peintures royales. L'étude de ces collections ajoutée à l'étude des peintres italiens lors de son premier voyage en Italie, a une influence déterminante sur l'évolution de son style, caractérisé par une grande luminosité et des coups de pinceau rapides.

 
Pendant les dix dernières années de sa vie, son style devient plus schématique, arrivant à une domination notable de la lumière. Cette période voit la naissance d'une de ses œuvres maîtresses : Les Ménines.

 
Son catalogue contient de 120 à 125 œuvres peintes et dessinées. Célèbre bien après sa mort, la réputation de Vélasquez atteint un sommet de 1880 à 1920, période qui coïncide avec les peintres impressionnistes français pour qui il fut une référence.  

 
Vélasquez est mort à Madrid le 6 août 1660.

 
«Les Ménines» nous montre Velasquez au palais royal alors qu'il peint Philippe IV et son épouse Marie-Anne. Le couple n’est visible que dans le miroir suspendu au fond de la pièce. Au centre de celle ci se trouve l’infante Marguerite, cinq ans, dont on a l’impression qu’elle vient d’entrer avec sa suite. La lumière tombe sur la petite fille, les regards de ses parents et celui du spectateur reposent sur elle. Il semble qu’elle personnifie le bonheur familial, la richesse et un avenir prometteur.
 
 

 
[link:28] [/link:28]
 
Sur YouTube
 
https://www.youtube.com/watch?v=HgRWMsYBgbE                       
 
 
 
 
 
 
 
 


Dernière mise à jour:
Le 25 octobre 2017
Conceptrice: Hélène Leclerc
Retourner au contenu | Retourner au menu