«Toutes les reproductions et textes sont tirés du Net»
Aller au contenu

Menu principal :

2017 > Janvier 2017 > Mars
 
 



Whose meat?  - 1914 - Huile sur toile

 
 
Charles Marion Russell (1864-1926) est un des plus grands peintres de l'ouest américain. Il a peint plus de 2000 tableaux représentant cow-boys, Indiens et paysages du Far West de la fin du xixe siècle. Il est aussi le créateur de sculptures de bronze et il était  un grand conteur et un écrivain.

 
L'art a toujours fait partie de la vie de Russell. Enfant déjà, il réalisait des croquis et essayait de reproduire des animaux sur des bouts de papier. Il manifestait un grand intérêt pour l'Ouest sauvage et pouvait passer des heures à lire les récits d' explorateurs et de trappeurs. Ayant grandi dans le Missouri, il a dessiné des croquis et fabriqué des figurines d'animaux en argile.

 
À l'âge de 16 ans, il quitte l'école et se rend dans le Montana afin de travailler dans un ranch où il élève des moutons. En 1882, âgé de 18 ans, Russell travaille comme gardien de bétail sur un ranch au Montana.
 
Le rude hiver de 1886 et de 1887 lui inspire une peinture qui lui donnera un avant-goût de la publicité. qui est l'une des œuvres les plus connues de Russell.

 
Lorsque le contremaître du ranch reçoit une lettre du propriétaire lui demandant comment le troupeau avait survécu à l'hiver, au lieu de lui écrire, le contremaître envoya une aquarelle de format carte postale que Russell a peinte d'une vache malade cernée  par une meute de loups affamés, sous un ciel gris d'hiver.  

 
Le propriétaire  montre la carte postale à des amis et des connaissances d'affaires et finalement l'affiche dans une vitrine à Helena.  Cette aquarelle fut à l'origine d'une vague de commandes  régulières pour Russell.  L'aquarelle,  «Waiting for a Chinook» sera refaite  à l'huile dans une version plus détaillée,
 
 

 
 
En 1896, Russell épouse Nancy. En 1897, le couple déménage  à Great Falls, où Russell passera la majeure partie du reste de sa vie.   On attribue généralement à Nancy le mérite d'avoir fait de Russell un artiste de renommée internationale. Nancy était la gérante de son mari. Elle aurait mis en place de nombreuses expositions pour son mari à travers les États-Unis et à Londres, qui firent de nombreux adeptes des œuvres de Russell.  
En attente du Chinook - 1903 - Aquarelle
 
En 1904, le premier bronze de Russell est coulé. Les tableaux  étaient déjà très connus sous forme de cartes postales et de reproductions en couleurs. Des commandes d'illustrations et un important contrat de création d'un calendrier suivirent, ce qui contribua à l'opinion selon laquelle, après la mort de Frederic Remington en 1909, Russell devint le plus grand artiste nord-américain inspiré par l'Ouest. Russell devint une célébrité locale et gagna l'acclamation des critiques dans le monde entier.
 
Russell l'artiste arriva sur la scène culturelle américaine à une époque où le «Far West» était des plus populaires et vendu au public sous de nombreuses formes, allant du roman à dix sous, au spectacle de «l'ouest sauvage» monté par des entrepreneurs tels que Buffalo Bill et les «westerns»  qui devinrent un aliment de base pour la population.

 
Russell se fit de nombreux amis parmi les collectionneurs aisés,  y compris des acteurs et des cinéastes tels que William S. Hart, Harry Carey,  Will Rogers et Douglas Fairbanks.

 
Ayant  repris son travail comme gardien de nuit pour troupeaux, Russell  sentit vers 1893 que les jours de gloire de l'industrie du bétail dans les grands pâturages de l'Ouest étaient révolus. Il était temps de se tourner  vers la peinture comme moyen de subsistance. Et c'est ainsi que promu par un agent d'affaires hors pair, il entama sa belle carrière.

 
Russell vint à plusieurs reprises au Canada. Sa première visite date de 1888. Parti de Helena, au Montana, il chevaucha vers le nord avec deux amis à la fin du mois de mai.  Il passa  l’été à pêcher, à chasser et à peindre. Il profita de l'occasion pour faire connaissance avec les peuples amérindiens de la région : les Stonies, les Sarcis, les Pieds-Noirs, les Gens-du-Sang et les Peigans. RusseIl éprouvait de la sympathie pour la résistance des Amérindiens à l’avance des Blancs. En septembre il retourna à Helena.

 
En 1912, Russell exposa au premier Stampede de Calgary, ce qui lui attira à la fois l’attention internationale et de nouveaux mécènes.  Nouvelle exposition, en 1913, lors du  Stampede à Winnipeg. Les relations qu’il noua au Canada, lors de ces événements, le conduisirent à sa seule exposition outre-mer, aux Doré Galleries de Londres, en 1914.

 
 
Le 24 octobre 1926, jour des funérailles de Russell, tous les enfants de Great Falls furent libérés de l'école pour assister à la procession funèbre . Une murale de Russell intitulée «Lewis and Clark Meeting the Flathead Indians» est accrochée dans le bâtiment du Capitole à Helena, au Montana. La hausse des prix consentis pour ses toiles témoigne de sa réussite sur la scène artistique; dès 1920, une seule huile se vendait 10 000 $. Un recueil de nouvelles intitulé «Trails Plowed Under» a été publié un an après sa mort. En 1929, Nancy a fait paraître un recueil de ses lettres intitulé «Good Medicine».

 
 
 Charles Marion Russell (1864-1926)
 
Retrouvez Charles Russell sur You Tube
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
205 toiles de Charles Russell
 

 
Autres vidéos de Charles Russell
 



                                                                                Retour                                                                                   

Dernière mise à jour:
Le 25 octobre 2017
Conceptrice: Hélène Leclerc
Retourner au contenu | Retourner au menu